PRÉFACE 

      Le management et le développement sont deux concepts indissociables du devenir et de l’existence même du monde. De ce fait, il est intéressant d’aborder cette relation dans un esprit analytique. 

   Même si la pratique «managériale» remonte à l’aube de la genèse de la société, la formalisation du « management » est relativement récente.

    Le management  comme art de gérer une organisation est le pilotage de son action collective. Il comprend l'ensemble des techniques (notamment de planification, d’organisation, de direction et de contrôle) mises en œuvre dans une organisation pour atteindre ses objectifs.

      Il est synonyme de conduite, de direction et même de gestion. Cette dernière consiste à développer une organisation (entreprise, institution, structure)  et mettre en place les outils qui organisent, élaborent et diffusent les informations spécifiques  comme celles diffusées et incarnées par la revue « Stratégie et Développement », selon une  stratégie qui conduit à la prise de décisions, et permettre  de tracer les objectifs en fonction des priorités fixées  par le gestionnaire.

 

     Le management est étroitement lié à l’histoire et l’évolution  de l’entreprise. Cette évolution a marqué la transformation de sa structure de l’entreprise traditionnelle organisée hiérarchiquement selon un organigramme simple  , où la propriété et la gestion sont confondues en un même personnage (le patron, souvent fondateur, identifié à son entreprise), à l’entreprise managériale, car le management englobe  l'ensemble du personnel responsable d'une entreprise ou d'une organisation, nommés cadres ou dirigeants qui sont appelés à mettre en place  et coordonner  des fonctions et des personnes qui remplissent ces fonctions de façon à atteindre les objectifs fixés. 

     Le manager est un professionnel, mais il est moins identifiable à l’entreprise qu’il dirige. C’est un salarié ; il est mobile. La figure du propriétaire s’efface et fait place à une multitude d’actionnaires, l’actionnariat ayant de surcroît une composition souvent très hétérogène (noyau dur, petits porteurs, fonds de placement collectifs,…). Recréer une identité d’intérêt et de vision entre le PDG et les actionnaires suppose d’instaurer des schémas incitatifs à l’adhésion.

     D’imminents penseurs ont marqué de leur empreinte, l’histoire du management. D’Henri Fayol (1916) qu’il a conclut que le management est porté par une fonction transversale qu'il nomme « Fonction administrative » et qui a pour objectif de veiller aux cinq grandes fonctions spécifiques en plus des autres fonctions verticales. En passant par Frederick Taylor qui proposait le concept d'organisation scientifique du travail tendant vers une one best way. Celui-ci repose sur la décomposition du travail en gestes élémentaires chronométrés et organisés rationnellement pour former une chaîne de production.

     Le facteur humain introduit par L'école des relations humaines devient progressivement un thème de recherche pour le management. Evoqué tout d’abord par Mary Parker Follet en 1920, il fut relié en 1930 par Elton Mayo qui a abordé le management sous un angle psychologique (l’effet howthorme).
D’autres éléments ayant trait au management contemporain font leur apparition, en particulier la motivation, l’adhésion et l’intégration des individus.

     Le développement est un concept à plusieurs dimensions. Il  a désigné pendant des décennies entières l’aspect économique ou purement matériel, un développement qui concerne les évolutions positives dans les changements structurels d'une zone géographique ou d'une population: démographiques, techniques, industriels, sanitaires, culturels et sociaux. De tels changements engendrent l'enrichissement de la population et l'amélioration des conditions de vie. C'est la raison pour laquelle le développement économique est associé au progrès, avec  la croissance économique comme composante fondamentale du développement.

        L’évolution des relations internationales  et la mondialisation a donné naissance  à partir des années 1990 au nouveau concept de développement,  à savoir le développement durable dans ses trois volets économique, écologique et surtout humain. Cet individu doit inventer un nouveau système de développement – intégrant la préservation forte des ressources naturelles. Sans compter l’affirmation et le respect de valeurs humaines permettant une vie plus harmonieuse de l’Homme sur la planète.

       La gestion du développement durable exige des techniques d’analyse et des pratiques de gestion qui permettent de comparer et d’intégrer les objectifs environnementaux, sociaux et économiques et d’aborder les problèmes qui perdurent.                                                                                                                                

    

Dr. DOUAH Belkacem

Vice doyen chargé de la Post graduation, de la Recherche

scientifique et des Relations extérieures